Le cyclisme pleure encore l’un des siens, et pourtant rien ne change

Hier encore, le cyclisme a dit au revoir à l’un des siens. Patrick Dubourg avait 56 ans. Il était président de l’AC Margny-lès-Compiègne. C’était un passionné, qui pensait courir comme tous les dimanches, entre potes, en UFOLEP. Patrick a perdu la vie ce dimanche, fauché par un motard qui avait forcé un poste de signaleurs, avant de foncer en contre-sens vers un peloton lancé à toute allure.

Patrick est mort en faisant ce qu’il aimait. Il rejoint une liste bien trop longue de coureurs tués en pleine course, ou en pleine sortie. Le cyclisme pleure de nouveau, mais rien ne change.

Que dire à ce sujet qui n’a pas déjà été dit ?

Je ne sais plus quoi dire. Ni comment réagir face à ce genre de nouvelles. Peut-on réellement s’habituer à ce genre de drame ? Peut-on réellement continuer de pratiquer ce sport sans y penser, sans tenter de réagir ?

J’ai peur pour mon frère, pour mon père. Pour mes amis, qui roulent quotidiennement. Pour mes futurs enfants. Mais peut-on forcer les cyclistes et les automobilistes à se respecter ? Ou au moins cohabiter ? Comment le faire d’ailleurs, par quels moyens ? L’opération « La route se partage » oeuvre depuis des années pour une meilleure communication, pour un respect mutuel des deux côtés. Des spots publicitaires sont diffusés à l’occasion du Tour de France. Mais cela paraît bien peu, quand on voit l’ampleur des dégâts, et d’un désamour qui ne cesse de croître entre les deux camps.

La haine vis à vis des cyclistes continue d’augmenter. Pendant ce temps, il est de plus en plus difficile de voyager avec son vélo (merci la SNCF, quant aux avions, vu comment la plupart des vélos sont traités malgré les housses et les inscriptions « FRAGILES »…). Plus en plus compliqué de rouler tranquillement sans se faire frôler une fois, ou insulter. Quand on discute entre cyclistes, la plupart disent que c’est devenu la norme. MAIS NON. Cela n’a pas à l’être.

J’en ai assez. J’en ai assez de me faire klaxonner parce qu’il n’y a pas de piste cyclable. Parce que souvent quand nous sommes à deux de front, nous nous faisons embêter alors que nous avons droit de le faire. Que quand je vais trop lentement dans des montées ou même sur le plat, je me fais de nouveau houspiller par les automobilistes qui n’ont visiblement pas trente secondes à perdre.

Il faut agir.

Il est temps de sensibiliser les parents, que ceux-ci comprennent que leur conduite peut endeuiller d’autres familles. Il est temps d’éduquer les enfants, qu’ils réalisent que la pratique du vélo pourrait leur servir dans la vie de tous les jours. Il est temps de leur faire aimer cette discipline. Il est temps de faire prendre conscience aux gens qu’une conduite téléphone en main, une vitesse trop rapide, ou un désamour assumé des deux roues, causent des dégâts qui sont loin d’être uniquement matériels. On parle de vie humaine. De famille brisée. D’homicide. Il ne faut pas hésiter à employer des mots forts. Que ceux-ci rentrent enfin dans le crâne.

Pour vous chers cyclistes, je ne peux que vous encourager à respecter les règles du code de la route. On s’arrête au feu rouge. On peut rouler à deux de front, mais on ne prend pas toute la route. N’hésitez pas à mettre une petite lumière clignotante sur votre selle.

Je suis en train de réfléchir à une petite carte, que vous pourrez bientôt télécharger gratuitement sur mon site. Vous pourrez la placer dans votre portable, ou poche de maillot. Vous pourrez y inscrire votre nom-prénom, et une personne à joindre en cas d’urgence. C’est terrible de penser ainsi, mais un jour, peut-être, cela servira. Et oui, on en est arrivés là.

Aujourd’hui, en prenant mon vélo, j’ai une pensée pour Patrick, 56 ans, fauché hier en pleine course par un motard. Je ne peux m’empêcher de me souvenir d’Owen, 14 ans, tué par une septuagénaire sous l’emprise de médicaments, alors qu’il se rendait à l’entraînement d’athlétisme. L’automobiliste ne s’est jamais excusée. Je pense aussi à Romain Guyot, 23 ans, fauché par un camion qui ne l’avait pas vu. A chaque terrible nouvelle, on se dit qu’on ne veut plus jamais relire pareille atrocité. Mais chaque semaine, cela recommence.

Ne serait-il pas temps que les pouvoirs publics s’inquiètent de cette montée en puissance des accidents ? Que faut-il penser de cette indifférence généralisée ? C’est vrai, c’est important de lutter contre l’homophobie dans les stades. Mais ce n’est pas le seul souci qui devrait monopoliser toute l’actualité sportive, ni les politiques… On parle de vie humaine. De licenciés, de sportifs du dimanche, de jeunes. On parle de tout un pan de la société, également. On parle de vies brisées, avec une justice bien souvent clémente envers les conducteurs. Qu’en est-il des pistes cyclables, trop peu nombreuses, bien souvent en mauvais état ?

A quand des actes concrets ?

J’aimerais lancer un hastag sur les réseaux sociaux. Que l’on essaie de nous faire entendre par les politiques. Qu’amateurs, pros ou simples passionnés, nous rejoignent dans la lutte et reprennent ce hastag. Avec #BalanceTonAuto, racontez-moi sur les réseaux ou en commentaire ce qui vous est déjà arrivé sur le vélo. Je regrouperai tous les témoignages. Avec #JeVeuxRoulerEnSecurite, rejoignez nous.

 

Mon témoignage #BalanceTonAuto :

je me suis fait renverser deux fois par une voiture. Une fois il y a quatre ans, en Bretagne. Je venais de partir rouler, une voiture m’a grillé la priorité et m’a renversée à faible allure. J’ai chuté sans trop de bobos, mais alors qu’elle était en tort, la conductrice m’a insultée, klaxonnée, et est partie. 

La dernière fois, c’était en mars dernier, avant de partir sur Tirreno. Le feu passe au orange, je commence à m’arrêter. Une voiture bien décidée à ne pas s’arrêter, elle, accélère, et me percute sur le côté. Je tombe, et me blesse au genou. Inflammation du tendon rotulien, rotule qui a du jeu, genou noir et entorse au pied. Ca aurait pu être plus grave, mais ça m’a fait peur. Là encore, la voiture ne s’est pas arrêtée.

Publié par

13 réponses sur « Le cyclisme pleure encore l’un des siens, et pourtant rien ne change »

  1. Bonjour Mathilde,

    MERCI pour ce message.
    En effet, encore un drame « du quotidien ». En parallèle des décès des coureurs pros en cours qui sont tout aussi tragiques, ces drames de la circulation sont inacceptables.
    Tu as très bien résumé le sujet et moi comme d’autres, j’ai « peur » d’aller rouler.
    Je pratique le cyclisme en sport et je ne voudrais pas que ma fille soit privée de son papa.
    Je me déplace également au quotidien à vélo (pour le vélo, les déplacements personnels) et je vois bien qu’il est en permanence dangereux d’utiliser sa bicyclette.
    J’ai été accidenté fin 2018, sans trop de gravité, lors d’un entrainement. Un automobiliste « distrait » sur un rond-point. Tout de même plusieurs mois de convalescence, quelques séquelles mineures mais présentes. Auparavant par deux fois touché par un véhicule qui me frolait de trop près…

    Ton hashtag, c’est utile, peut-être dérisoire mais il faut le faire. La carte, je l’ai déjà dans le maillot, une vieille licence avec les mentions complémentaires (rhésus…) car oui, on en est là.

    Et sensibiliser, éduquer (les Français sont loin d’être exemplaires vis à vis des cyclistes), répéter encore et encore, marteler ces messages. Car les drames continuent et au quotidien (j’ai voulu illustrer pas pour parler de moi mais pour illustrer que tout cela est bien trop fréquent) et ce serait bien que tout cela s’améliore.

    Une image qui résume tout : https://data.whicdn.com/images/290089104/large.jpg

    Merci encore.

    Amitiés sportives.

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire Eric, merci ! J’ai à coeur d’espérer que ce sont des petites actions de ce genre qui peuvent changer les choses…

      J'aime

  2. Bravo pour ce bel article qui expose bien les conséquences de ces accidents sur la vie des familles touchées tout ça pour gagner 2 mn le dimanche matin à la boulangerie qui seront perdus immédiatement dans la file d’attente.
    Le 12 décembre 2018 est décédé un cyclo du club de Landerneau fauché avant 9h du matin par un chauffard ivre qui ne s’est pas arrêté et qui n’est pas allé prévenir la gendarmerie. Le souvenir de cet ami très cher sera rappelé pour la 1ere fois dimanche 15 septembre à Landerneau par le club des cyclos landernéens.

    J'aime

  3. Il faudrait faire voter un texte de loi qui condamnerait les chauffards contre les cyclistes d’homicides volontaires sur personnes vulnérables afin de définir une peine conséquente et systématique….
    Aujourd’hui, ces chauffards jouent avec nous comme des quilles dans leur jeux vidéo, ils savent qu’ilsne Risquent rien, ou si peu !!!!!

    J'aime

  4. Il y a peut-être un espoir, c’est la voiture autonome … Le jour où elle se répandra, ça fera d’autant moins de conducteurs humains soucieux d’étaler leur virilité en conduisant comme des sagouins. On s’inquiète parfois de laisser une intelligence artificielle conduire une voiture, mais à tout prendre, il vaut mieux une intelligence artificielle qu’une connerie naturelle …

    J'aime

  5. Pourquoi ne pas lancer une pétition pour dénoncer ces accidents et manque d’infrastructures, les députés on perdu l’année dernière une des leurs, elle s’est fait renverser au abord de l’assemblée il me semble, les députées ont réagi, mais rien de fait depuis.

    J'aime

  6. Un très bon article, mais encore un de plus sur ce triste sujet…..
    En effet, beaucoup trop de cyclistes jeune et moin jeunes sont morts ou ont été renversé(e)s par des automobilistes distraits, inconscients, ou bien encore sous l’emprise de l’alcool, de médicaments ou drogues….
    Triathlète, je suis confronté à chaque sortie en vélo d’incivilités d’automobilistes en tout genres. Pourtant, dans notre socièté moderne, nous sommes, nous aussi des automobistes, chaque fois que nous prenons notre voiture… Donc à nous de montrer l’exemple chaque fois que nous sommes derrière un cycliste, à enticiper les réactions de celui-ci…
    De plus, il faut que les mentalités des cyclistes changent : il faut systématiquement avoir un feu rouge clignotant sur notre vélo (parfois j’en ai même 2 ou 3…) Et là, j’entends dire par des cyclistes  » Eh l’ami, t’as roulé toute la nuit ? » ou encore « On dirait un sapin de Noêl ! » J’ai fait l’acquistion d’un feu rouge clignotant puissant (Bontrager RLight) certes cher (60€) mais très efficace en utilisation diurne et nocturne. Je m’equipe aussi avec des ténues fluo
    Et là, les automobilistes sont beaucoup plus attentifs et me respectent. Je crois bien que c’est à ce prix que nous pourrons changer les choses…

    J'aime

  7. Je suis moi même cycliste, et j’apporte une petite correction tout de même:
    l’article R431-7 dipose que les cyclistes « doivent se mettre en file simple dès la chute du jour et dans tous les cas où les conditions de la circulation l’exigent, notamment lorsqu’un véhicule voulant les dépasser annonce son approche

    J'aime

  8. Parfaitement d’accord avec toi Mathilde ! Merci pour ce beau billet très bien tourné.
    Récemment au cours d’un entraînement j’ai faillit être percutée par une voiture qui doublait un véhicule dans le sens inverse. Merci ma bonne étoile, j’ai conservé ma ligne. Heureusement sinon, je ne serai plus de ce monde !!
    L’irrespect des automobilistes envers les 2 roues va crescendo et j’ai moi aussi peur et ne me sens n’y en sécurité sur mes routes d’entrainement ou en course au vu du dernier événement survenu dans ma région !!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s