Un jour en Enfer, de la magie à l’infinie tristesse

Paris-Roubaix est unique. Souvent magique, parfois dramatique. L’Enfer du Nord a été dompté hier par Peter Sagan, le champion du monde qui a enfin remporté cette épreuve dont il avait tant rêvé. Mais un coureur ne terminera jamais cette course. Aujourd’hui le peloton pleure la mort de l’un des siens.

Michael Goolaerts avait 23 ans.

J’aurais aimé vous raconter l’ambiance unique qui anime les secteurs pavés. J’aurais aimé vous décrire les cris, la musique, l’odeur de frites et d’alcool, et ces frissons quand le peloton de Paris-Roubaix passe. J’aurais tant aimé vous dire et encore vous redire à quel point cette course est unique, magnifique. Qu’il faut le voir pour le croire, et pour aimer encore plus ce sport, pourtant si cruel.

Aujourd’hui, la plus belle course course du monde a été remportée par l’un des meilleurs coureurs du monde.

Mais surtout, aujourd’hui, un jeune homme de 23 ans a perdu la vie alors qu’il était sur son vélo, à accomplir ses rêves d’enfants. Le reste n’a plus d’importance.

Repose en paix Michael. Forte pensée pour tes proches. Veille sur eux.

 

Publié par

Une réponse sur « Un jour en Enfer, de la magie à l’infinie tristesse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s