Coup de gueule : Le cyclisme féminin, pas au niveau ?!

A la base je ne voulais pas écrire d’article à ce sujet. Et puis je suis tombée sur ces tweets de cyclistes féminines, se plaignant d’un propos d’un journaliste dans une émission de télé. Voilà ce qui a été affirmé :

« Le niveau du cyclisme féminin en France et même mondial est absolument catastrophique »

Je suis désolée de voir cet avis partagé en direct, encore aujourd’hui, dans une émission de sport. Et que cet avis soit partagé par de nombreuses personnes. Des gens qui, soit ne sont jamais montés sur un vélo, soit n’ont pas conscience que le cyclisme féminin a changé.

Oui, il y a eu quelques années difficiles, où Jeannie Longo, la cinquantaine passée, mettait la pâtée à des jeunes de vingt ans. Mais ce temps est révolu, depuis dix ans déjà.

Les résultats parlent d’abord d’eux-même :

Aude Biannic : 10e des Mondiaux 2011 et des JO 2012
Roxane Fournier : 6e des Mondiaux 2016
Pauline Ferrand-Prévot : Championne du monde sur route, cyclocross et VTT
Mathilde Gros : Triple championne du monde juniors sur piste

Mais aussi Audrey Cordon-Ragot, Charlotte Bravard, Julie Bresset et toutes ces jeunes cyclistes telles que Fanny Zambon, Typhaine Laurance, Clara Copponi…

Le cyclisme féminin s’est professionnalisé. Il y a de plus en plus d’équipes de divisions nationales en France. Et l’arrivée du sponsor FDJ au sein du peloton est une bonne chose, puisque cela permet à cette équipe, anciennement appelée « Vienne-Futuroscope », de pouvoir proposer à ses coureuses de meilleures conditions de travail. Car oui, pour la plupart d’entres elles, on parle bien d’un travail, avec un salaire qui tombe à la fin du mois. Pas forcément exorbitant, mais toujours plus qu’il y a quelques années.

Car imaginez. Imaginez vous, à devoir rouler cinq à six fois par semaine, tout en conciliant de grandes études, ou en travaillant à temps plein. C’est encore le cas pour la plupart du peloton féminin. Elles sont beaucoup à faire du cyclisme tant que leurs études le leur permettent. Mais si les universités n’y mettent pas du leur, comment pouvoir continuer ?

Vous, sur les réseaux sociaux, êtes aussi fautifs

Et surtout, pourquoi garder l’envie quand on entend ce genre de commentaires ? Pourquoi se priver, avoir une hygiène de vie irréprochable, s’infliger de lourdes séances d’entraînement, si c’est pour lire ou voir que la pensée que certains ont du cyclisme est restée à l’ancienne époque ?

Les réseaux sociaux jouent également un grand rôle. Combien d’entre vous publient une photo d’une cycliste sur les réseaux, non pas parce qu’elle a gagné une grande course, mais « parce qu’elle est méga-bonne », « qu’on aimerait bien se mettre dans sa roue » ? Combien ? Et dans l’autre sens, combien d’entre vous négligent le travail réalisé par ces filles, en les critiquant cachés derrière des pseudos (ou d’ailleurs, à peine cachés) : « pas affûtée celle là », « y avait trop de chocolat à Noel visiblement », et j’en passe… Vous rendez-vous seulement compte de la violence du propos ? A quel point ça peut blesser ? Je ne crois pas. Je crois même, en fait, que ça vous est égal.

Quand on me dit qu’un titre mondial féminin ne vaut pas un maillot arc-en-ciel acquis chez les hommes, j’enrage. Un titre est le même pour tout le monde non ? Cela représente les mêmes efforts, la même quête d’être meilleur(e) que les autres en ce jour précis. Pourquoi ce titre, si voulu, si mérité, n’aurait-il pas la même valeur qu’un autre ? Où est l’égalité ? Pourquoi chercher à tout prix à comparer ?

Je vous souhaite d’avoir une soeur. Ou une petite amie. Ou plus tard, une fille. Et que celle-ci voudra faire du vélo. Là peut-être, que vous vous rendrez compte des efforts consentis, et des progrès réalisés dans le peloton féminin. Peut-être même qu’elle vous surprendra à aller faire les pancartes en pleine sortie. Je vous souhaite que vous l’ameniez aux compétitions, que vous assistiez à ses progrès. Et que vous vous rendiez compte, pendant que vous passiez à la télévision ou que vous vous cachiez derrière votre profil Facebook, que vous aviez tort.  

 

Publié par

13 réponses sur « Coup de gueule : Le cyclisme féminin, pas au niveau ?! »

  1. he oui les macho sont toujours là,je suis un vieux crouton,mais je prend un immense plaisir a voir les filles courir,dans les cyclo elles abandonne jamais,plus dure au mal que nous,un grand bravo a toutes ces filles

    J'aime

  2. Je suis tout à fait d’accord avec vous et j’atteste , en tant que President éphémère de Comité departemental , des difficultés à travailler avec des personnes qui ne pensent qu’a leur ego , dont le seul soucis est de continuer à reproduire le cyclisme d’il y a 20 ans et renvoyer chez eux toute personne ayant un avis different du leur et qui puisse imaginer un cyclisme ouvert vers les autres en général, les femmes en particulier
    Les « elles » du tour de France ont fait étape à Perigueux , malgré une invitation en bonne et du forme transmise à tous les membres du comité , personne n’est venu les soutenir . Une péripétie parmis tant d’autres ……..mais un comportement plus que significatif .

    J'aime

  3. Très belle article…comment ne pas être d’accord avec vous. Je vous dirai juste et simplement. de ne pas vivre au travers des autres, de leur reconnaissance, ça n’apporte rien au final.. prendre du recul et un travail sur soi, psychologique vous protegera bien plus que de crier sa colère. mais je suis certainn que vous le saviez déjà.. Je suis franco-russe, alors la russophobie ‘habituel’ plus le vélo..je vous raconte pas…
    Bref, je vous souhaite pleins de bonne de choses, et d’être surtout Heureuse dans votre ou vos sports 😉

    J'aime

  4. Moi je trouve que les filles sont très méritants car dès leur premiere compétitions , elles ne sont pas reconnues à leur juste valeur par la fédération de cyclisme elle même. Ils font des podiums masculins (les 3 ou 5 premiers) mais ils récompensent que la 1ère féminine quand ils y pensent. Et pourtant elles font les courses avec les gars et doivent parfois supporter le matchisme de certains coureurs. Combien de fois ma fille à été insulté par des coureurs, et si à la fin on ne va pas dire à l’organisation qu’il y avait des filles on peut être sûr qu’elle ne seront pas appelée.

    J'aime

  5. Eh merci Mathilde de remettre un peu le sport féminin dans son contexte, qu’on parle de vélo sans en faire c’est déjà lourd, mais de critiquer le cyclisme féminin comme il l’a fait, ça me révolte ! Il reste encore pas mal d’abrutis dans le monde du vélo, ces machos à l’esprit moyen âgeux qui croient encore que le sport en compétition ne devraient être réservés qu’aux propriétaires de testicules, car le « reste » c’est pour faire beau sur le podium… J’aime aller sur les courses vélo, pour la beauté du spectacle, pour l’ambiance qui y règne, mais parfois, trop souvent encore, les commentaires de certains me donnent la gerbe, et on va me tacler de féministe si je l’ouvre.

    Tu es l’une des étoiles montante du journalisme sportif, en + de tes reportages photos généreusement partagés … alors merci pour tout ces articles pertinents et agréables à lire… tu es encore bien la preuve qu’une femme ce n’est pas qu’un bout de jambon découenné dégraissé dans un cuissard court !

    J'aime

  6. Quand on fait une course à 40 de moyenne, ou même 38 ou 39, il faut déjà être très costaudes et très entraînées. Quand on se tape 185 bpm sur 1h30 il faut être un.e as. Le petit journaliste de …… qui a écrit ça, n’a qu’à monter sur un vélo et se faire 100 bornes….avec des féminines. J’espère que ça lui ventilera aussi le cerveau car il y en a franchement besoin. Francis L.

    J'aime

  7. Ça fait des années que le cyclisme féminin est discrédité en France !
    Souvenez-vous des propos de Madiot et Fignon à l’égard de J. Longo il y a quelques années !
    Une fille, c’était soi-disant « moche » sur un vélo…
    Le cyclisme féminin n’a pas la médiatisation qu’il mérite…
    Marre de toutes ces critiques sur nos féminines qui obtiennent tout de même de très bons résultats !
    Il est grand temps de défendre nos championnes et leur courage !!!

    J'aime

  8. Bravo, il est inadmissible de laisser dire de pareil « idiotie ». Ce sport est aussi dur pour une femme que pour un homme. Merci de les défendre. Et toujours au top vos articles.

    J'aime

  9. Bonjour, je suis une jeune(même très jeune cyclistes), je ne suis age que de 15 ans et je trouve sa l’amendable de dire que le cyclisme féminin n’est pas au niveau,car je peux vous dire que je suis une fille de 15 ans mais je peux mettre la patte a un mec de 30 ans donc dire que le cyclisme féminin n’est pas au niveau je trouve sa dégueulasse(surtout venant de personne qui ne sont surement jamais montée sur un vélo de route et/ou cyclo cross)
    PS: désolé pour les fautes d’orthographe…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s