Salut, c’est la reprise !

C’est la reprise, et je suis terrifiée. Après cinq années d’inactivité la plus totale, après m’être perdue dans le monde de la nuit à enchaîner soirées arrosées et apéros, me revoilà au départ d’une course, licence en main. Oui, j’ai décidé de reprendre l’athlétisme, cinq ans après, dans mon cher club du Souffle des Abers, dans le Finistère.

Pourquoi ai-je décidé de reprendre une licence ? Pourquoi cette envie d’aller souffrir et de me prendre une raclée ? Pourquoi rechausser les pointes ?

La réponse est simple : parce que j’en ai (enfin) ressenti le besoin.

Le métier de journaliste est enrichissant, et si vous le faites un minimum bien, il vous prend tout votre temps. En pleine saison, je vis plus souvent dans les hôtels que chez moi…. Quant aux horaires, c’est bien simple, ce ne sont jamais les mêmes, mais grosso modo, je dois me lever tôt le matin et j’essaie de ne pas me coucher (trop) tard le soir. Mais pour caser un entraînement et perdre une heure et demie de sommeil sur un grand événement, il faut une sacrée dose de motivation, ce qui m’a beaucoup manqué ces dernières années, je dois le dire.

Mais voilà, les aléas de la vie font que parfois celle-ci est faite de moments incroyables, d’émotions fortes… et de périodes plus compliquées, où il faut malgré tout avancer, coûte que coûte. En décembre dernier, j’ai ressenti le besoin de mettre ma rage dans quelque chose, et c’est là, que j’ai eu cette envie de reprendre, plutôt que de continuer de plonger.

Et c’est aussi là que la galère a commencé. Les premiers footings, je les terminais en pleurant. Je n’avançais pas, je n’étais que l’ombre de moi-même, à trimballer mes kilos en trop et mon manque récurrent d’exercice. Mais je n’ai pas lâché. Quand il pleuvait, j’y allais. Quand il fallait y aller à 22 heures, après une longue journée à Roland-Garros, je ne me décourageais pas. Quand je rêvais de gagner une heure de sommeil sur le Tour de France ou pendant les Mondiaux d’athlé de Londres, j’y allais quand même.

Petit à petit, j’ai retrouvé le plaisir de courir. De faire des fractionnés. De me lever tôt, et coucher tôt. De manger sainement aussi. Je reprenais pour quelqu’un, je continue finalement… Pour MOI. Et ça fait du bien… ça ME fait du bien.

Dix mois après, je suis encore très loin du niveau que j’avais plus jeune. Mais peu à peu, je m’en rapproche, et surtout je me sens enfin bien dans mes baskets ! Alors me voilà, au matin de mon premier 5km depuis bien longtemps. Je sais que je vais me prendre une claque, je sais que je serais bien loin des 20 minutes, mais un ami m’a dit un jour que je serais au moins devant toutes celles qui n’ont pas eu le courage de prendre ce nouveau départ. Il avait raison. Alors oui, c’est la reprise, et c’est chouette ! On est venues ici pour souffrir, OKAY ?

Publié par

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s